Accédez au site du 205 GTI Club de France

Forum du 205 GTI Club de France

Le forum des passionnés de la bombinette Sochalienne d'origine
Nous sommes le Ven 21 Fév 2020 13:46

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4426 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 285, 286, 287, 288, 289, 290, 291 ... 296  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: Dim 19 Jan 2020 20:58 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 10 Nov 2012 22:36
Messages: 6482
:hello: :love: :fonsde: Celle-là depuis tout petit je l'adore!
C'était "ma" voiture de course sur mon circuit électrique avec lequel je jouais petit! En vert comme l'original. Je dois aussi l'avoir quelque part en version matchbox ou similaire ;)

_________________
C'est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.....


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Dim 19 Jan 2020 21:14 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 16082
CULTE! :yep1:

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun 20 Jan 2020 06:37 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 16082
A Automedon...

"Imperial Le Baron Crown."

Image

Image

"Always more."

Avant de devenir une marque à part entière du groupe Chrysler en 1954, Imperial fût le nom de certains modèles haut de gamme. Cette quette d'une branche luxueuse devait permettre à Chrysler de contre attaquer Lincoln et Cadillac, un défi difficile que Imperial ne parviendra jamais à imposer.
C'est en 1957 que la seconde génération d'Imperial est mise sur le marché, des modèles plus matures à l'apparence bien plus délurés et au style fortement marqué.
Des modèles de taille XXL flirtant avec les 5.70 mètres de long et lestés de chromes. Ici tout scintille, on en met plein les yeux au client, les Imperial doivent susciter le désir en se montrant plus exclusives que les Cadillac et Lincoln. Aux commandes du bureau se trouve le bien conu Virgil Exner qui marquera l'histoire de l'automobile Américaine.
Chaque année de cette seconde génération connaîtra son lot de changements mais le dessin général restera globalement le même.
Notre modèle ici présenté est une version de 1961, la marque la proposait sous la forme de cette superbe berline mais il existait aussi un coupé et un cabriolet. alors que chez la concurrence on prône l'apaisement stylistique, chez Imperial on charge encore un peu plus le look! Avec un longueur de 5.77 mètres, l'Imperial est la berline la plus longue proposée à la vente.
La ligne est époustouflante, sans doute la plus délirante du moment, il faut la détailler pour en savourer chaque détails et ils sont légion. A l'avant on remarque en premier ses phares indépendants avec cuvelage à l'ancienne logés dans des alcôves creusées de part et d'autre de la calandre et recouvert d'une paupière "flottante", c'est unique et digne d'un "show car". L'aigle impérial posé dans sa "niche" à gauche de la calandre est habillé de dorures presque Napoléonienne. l'ensemble est légèrement courbé vers le bas comme pour dynamise cette proue. Le capot est évidemment long et il renvoie sur un pare-brise inévitablement panoramique.
La vue de côté met en évidence un pavillon assez bas, des passages de roues joliment échancrés, une décoration latérale qui part des "paupières" de phares jusqu'aux ailes arrières et de hauts ailerons qui ont été rabotés chez leur rivales. Malgré une taille conséquente, la ligne semble incroyablement harmonieuse! Dans le détail on reste en admiration sur la forme des enjoliveurs de roues qui pourraient être la récompense d'un joueur de tennis lors de la coupe Davis où encore les découpes incurvées sur le pavillon et recouvertes d'inox poli, trop fort!
Derrière, on découvre que les ailerons abritent des feux en "lévitation" qui sont à eux seuls de véritables pièces de décoration. Cela montre à quel point chaque menu détail a été pensé, c'est la force des Imperial, ne rien faire comme les autres. La baguette au centre du coffre plongeant s'achève sur un avion stylisé, du grand art. La lunette de taille réduite s'équipe quand à elle de rideaux.
Pas de portes antagonistes mais une ouverture classique. Là encore on découvre un univers unique où le moindre accessoire a été stylisé avec un souci d'exclusivité. On remarque en premier ce volant carré où encore les touches disposés autour de la casquette de compteur, on a moqué les Citroën des années 70 mais Imperial osait aussi des choses à contre courant. Les sièges sont orientables de manière à simplifier la montée et la descente du conducteur et les garnitures en simili argenté en jettent un max! Les habillages de portes sont de véritables trésors stylistiques, rembourrages, pièces d'accastillage en inox et chrome, décorations, manettes d'ouverture où encore l'aigle stylisé sur le cendrier, on pourrait passer des heures à discuter de la moindre pièce qui semble avoir été traitée par une équipe entière de designers!
Pesant autour de deux tonnes, la voiture bénéficie d'une suspension assez évoluée pour une Américaine et lui évite le roulis inhérent à ce type de modèles, et ce malgré un châssis à échelle. Le V8 "Wedge" de 6.8 litres de cylindrée sort 350 chevaux et s'équipe d'un carburateur quadruple corps. L'ensemble est relayé à une boite automatique à 3 rapports signée Torque Flite.
Cette seconde génération prendra fin en 1966 mais aura entre temps fait l'objet de très nombreuses modifications. Voiture rarissime en France, elle suscitait ici l'étonnement de par sa présentation si originale et volontairement clinquante qui font tout le charme des Américaines de cette époque. On comprends mieux pourquoi en France ces voitures faisaient rêver et symbolisaient ce qui pouvait se faire de mieux quand la Peugeot 404 représentait le haut de gamme tricolore par exemple!

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun 20 Jan 2020 20:44 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 16082
A Turin...

"Lamborghini Urraco."

Image

Image

Image

"Plaisirs partagés."

Ferruccio Lamborghini fonde en 1963 sa propre marque de voitures de sport, l'homme d'affaires et fabriquant de tracteurs n'en peux plus de l'attitude d'Enzo Ferrari qui le toise à chaque fois qu'il vient se plaindre des nombreux soucis qu'il rencontre avec ses bolides. Enzo Ferrari n'imaginait pas un instant prendre au sérieux cet "agriculteur" qui va pourtant lui faire passer bien des nuits blanches lors du lancement de la Miura en 1966. Véritable vedette médiatique, elle va éclipser un instant les "jouets" du commendatore et prendre sans vergogne des clients à Ferrari, fallait pas l'em*erder Ferrucio!
En 1968 l'Espada complète la gamme avec là encore un vif intérêt et des commandes bien chargées, l'usine de Sant' Agata tourne alors à plein régime. Fort de ce constat il est question de creuser la question vers le bas et d'aller chercher la clientèle des sportives de moindre envergure à l'image de la Porsche 911 et pourquoi pas non plus les Dino de "poto" Enzo.
C'est ainsi qu'est présenté en 1970 l'Urraco P250, elle est dessinée au centre de style Bertone par Marcello Gandini, nous sommes alors en pleine période cunéiforme avec des voitures de sport basses, effilées et anguleuses à souhait, de vraies lames de couteaux, les phares escamotables font obligatoirement partie de la dotation tout comme les poupes coupées net. Le coup de crayon est globalement réussi pour une 2+2, c'est vraiment le pendant de la Dino 308 GT4 qui sortira 3 ans plus tard. Reste que Gandini à soigné les détails et on retrouve bien des similitudes avec le concept Carabo comme le bloc avant pointu et ses larges évacuations d'air sur le capot où encore la poupe tronquée et ses épaisses persiennes par exemple.
La cellule habitable de la petite Lamborghini offre 4 places assises et de belles surfaces vitrées...sauf pour la rétrovision partiellement occultée. Autre point noir la présentation et la finition, si chez Ferrari c'est déjà pas fantastique, là c'est carrément désinvolte, ergonomie en dépit du bon sens, plastiques de piètre qualité et matériaux mal ajustés, ça respire tous les mauvais côtés de l'artisanat Italien.
A l'arrière se trouve le cœur de l'engin, il s'agit d'un V8 de 2463 Cc qui dispose d'une puissance de 220 chevaux, une très belle pièce mais qui va se montrer bien fragile à ses débuts, ce qui va reculer de deux ans le lancement de la voiture.
C'est donc en 1972 que les premiers clients seront livrés mais malheureusement le soufflé est retombé et les clients impatients sont allés voir ailleurs, les autres vont faire les frais de sa capricieuse mécanique qui va ruiner son image et mettre en péril la marque Italienne. Ferrucio Lamborghini quitte sa propre société en 1974 et en laisse les reines à de nouveaux patrons d'origine Suisse.
Une évolution majeure est apportée en 1974 afin de relancer les ventes, la P250 devient P300 en voyant passer sa cylindrée à 3.0 litres, elle atteint désormais 265 chevaux et voit ses performances légèrement augmenter. Parallèlement une version P200 de 180 chevaux est vendue pour le marché Italien, son moteur dégonflé lui permet d'échapper à de lourdes taxes qui frappe les voitures de plus de deux litres de cylindrée, Ferrari fera également la même chose avec certains de ces modèles.
Mais la période de crise pétrolière qui assomme les voitures sportives va faire échouer cette relance, le défi lancé à Porsche est perdu même si cette évolution en fait un modèle plutôt réussi et plus doué que les Maserati Merak et Dino 308 GT4. La "petite" Urraco se retire en toute discrétion en 1978, il s'en sera vendu 791 exemplaires et aura failli faire couler l'une des plus mythique marque de voitures au monde, l'avenir se montrera heureusement plus dégagé pour la firme au taureau qui avec sa diabolique Countach va faire vibrer le cœur des fanatiques de belles carrosseries et de folles mécaniques et oublier l'échec cuisant du taurillon de Sant'Agata.
Impossible de rester insensible devant cet exemplaire à la couleur qui me met des paillettes plein les yeux ainsi que son état exceptionnel.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar 21 Jan 2020 05:41 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 16082
A Automedon...

"Cadillac Series 62 Convertible."

Image

Image

"La vie en rose."

Quand on prononce le mot Cadillac à son entourage, on le cantonne toujours à ces deux décennies que seront les années 50 et 60. Et c'est normal, c'est l'époque où le style automobile sera à son apogée aux USA et sur la planète entière, des automobiles baroques au possible et sur-stylisées. Cadillac ne fera pas exception, au contraire, il surfera sur cette mode pour en devenir le symbole avec son millésime 1959 qui restera, je pense comme la plus représentative de l'espèce avec ses inoubliables ailerons de venus légendaires.
Hearley Earl sera le père de la légendaire Série "62" au sein du design chez Cadillac mais dès sa seconde génération sortie après guerre, il en figera ces lignes géniales qui symboliseront la voiture Américaine de rêve par excellence. Son coup de génie sera ce long capot formant en son extrémité un "nez" souligné par une épaisse calandre chromée et des feux ronds de chaque côté. L'arrière relevé par deux petits ailerons sera un signe distinctif typique de la Série "62" de cette époque, un régal pour les yeux. Cette voiture imposante, épaisse et spectaculaire sera le rêve de nombreuses familles Américaines et semblait chez nous en Europe être le symbole du luxe suprême.
Ce "standard" qui va séduire les amoureux de belles carrosseries se modernisera des l'apparition de la troisième génération en 1948. Toutefois au départ, l'avant va s'écraser, la calandre deviendra plane avant de ressortir en 1951 pour y trouver définitivement son style.
L'année suivante voit ses "Dagmar" (ces curieux obus en bout de calandre inspirés par la poitrine d'une présentatrice de télévision Américaine) enfler, cette chirurgie esthétique lui fait gagner quelques bonnets. Puis en 1953 elle en profite aussi pour se refaire faire les lèvres, le bouclier est désormais scindé en deux parties.
En 1954 arrive la quatrième génération. Visuellement il faut un œil très avertit pour les distinguer, le pare-choc avant rebique désormais légèrement vers le haut pour s'incorporer aux fameux "obus" décoratifs, la calandre est grillagée et surtout le pare-brise devient désormais panoramique.
Pour l'année 1955, le profil voit la moulure latérale verticale devenir plus courte, seule la partie haute reste rejointe par la baguette décorative latérale, le clignotants passant désormais sous le phares, collés à la partie supérieure du pare-choc. Notons aussi que la "poitrine" est une fois de plus "siliconée", les obus étant désormais presque des dangers pour les piétons! Le moteur est un V8 5.4 litres de 210 chevaux.
Enfin en 1956 peu de changements si ce n'est l'apparition d'un pli au niveau des flancs arrières qui en profitent pour se parer de chrome en plus, comme si il n'y en avait pas encore assez. La malle es moins bombée et le bouclier arrière inédit voit ses sorties d'échappement ovalisées. C'est de là qu'une boursouflure décorative orne les ailes arrières pour un nouvel effet de style. Ah oui, le millésime est écrit face au passager "Nineteen Fifty Six"! Ce sera le dernier millésime de la version "IV" de cette série "62" qui laisse place en 1957 à une cinquième version.
Les "Series 62" sont assez présentes en France et c'est un modèle décapotable de 1956 que vous avez sous les yeux dans une teinte rosée typique de l'époque. Le moteur de ce chalutier de plus de 2 tonnes et mesurant 5.67 mètres de long est un V8 6.0 litres dont la puissance varie de 263 chevaux pour les modèles Européens à 305 chevaux quand elle finit sa courte carrière. Une démesure qui contrastait avec ce que l'Europe proposait à cette époque mais qui ne durera qu'un temps avant une longue déliquescence qui causera la mort lente du rêve automobile Américain.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar 21 Jan 2020 20:20 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 16082
A Turin...

"Alfa Romeo Montreal Concept."

Image

Image

Image

"L'infiltrée."

Il à la main Gandini dans ce milieu des années 60, c'est l'une des maîtres du design automobile mondial et tous les constructeurs font appel à lui pour dessiner leur future vedette.
Alfa Romeo va donc mandater Gandini pour saisir une opportunité à ne pas rater, celle de pénétrer le marché Nord Américain. Pour séduire ce public compliqué, il faut lui vendre du rêve. Le cheval de Troie à une parfaite fenêtre de tir, celle ce s'inviter à l'exposition universelle de Montréal de 1967 se déroulant entre le 28 Avril et le 29 Octobre. Le pavillon Italien va faire la promotion de ses plus belles vitrines, Alfa Romeo sera représenté et compte y exposer une automobile de rêve, elle prends naturellement le nom de Montreal.
Marcello Gandini est l'artiste qui l'a conçue...et ça se voit. Si l'avant est inédit et ne s'en inspire pas, il mérite le détour. Le long capot horizontal affiche clairement que le moteur se trouve ici à l'avant. Le regard du coupé a été savoureusement travaillé, les optiques sont semi cachés derrière des paupières à lamelles. Le bouclier chromé forme une mince bouche qui trouve en son centre le cœur de calandre propre à la marque. Douze extracteurs d'air sont forgés sur le capot sont les bords sont bien épaulés.
C'est en regardant le concept de profil que l'on reconnaît le montant de porte courbé repris de la Miura. Une coupe ceinture la caisse en deux parties et un autre détail marquant signe cette Montreal, ces sept ouïes d'aération verticales positionnées en hauteur sur les ailes arrières et s'amincissant vers le pavillon.
La poupe typée "fastback" se dote d'une grande lunette inclinée et de discrets épaulements au dessus des roues. La poupe à aussi des traits commun avec la Lamborghini Miura. De larges feux encadrent la plaque d'immatriculation et un mince pare-choc souligne avec élégance l'ensemble.
L'habitacle de ce concept à lui aussi été très soigné et offre deux places arrières, ce qui en faisait une GT très désirable. Deux gros compteurs ronds agrémentés de leur casquettes sont positionnés face au pilote de manière très ostentatoire. Le dessus de la planche de bord est bordé de cuir noir et son style sobre mais très réussi respire la réalité qui pouvait laisser espérer une commercialisation proche de ce modèle.
La base utilisée est celle de la Giulia Sprint Bertone, le moteur reprends le 4 cylindres double arbre 1.8 litres de 120 chevaux.
Pour que personne ne rate le "show car", il en est réalisé deux exemplaires bien mis en évidence sous les projecteurs de cet événement international.
Une fois les portes refermées et les lumières éteintes, la décision est prise, la voiture de rêve deviendra réalité. Mais il arrivera bien tard, 3 années plus tard. Les amoureux du prototype l'ont oubliés et si le modèle de série est une voiture très fidèle au concept, elle comporte bien des lacunes. Son châssis obsolète oppose son merveilleux moteur V8 venu tout droit de la fabuleuse 33 Stradale. Sa finition est loin d'être exemplaire, la fiabilité donne des soucis aux clients et on la juge un peu haute sur pattes. Pire la crise énergétique achève sa sombre carrière, en 1975 on cesse de la produire...et il faudra attendre 1977 pour liquider le stock d'invendus! Avec 3925 exemplaires produits, c'est pire que sa rivale directe, la Citroën SM dont 12.920 exemplaires auront été fabriqués sur la même période.
Cette exceptionnelle pièce fabriquée à 2 exemplaires était ici exposée dans un écrin regroupant des œuvres magistrales du maître Marcello.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar 21 Jan 2020 20:33 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 10 Nov 2012 22:36
Messages: 6482
Lebubu a écrit:
A Turin...

"Alfa Romeo Montreal Concept."

Image

Image


:pouce: C'est vrai qu'elle fait plus équilibrée que la version de série :pouce: ;)

_________________
C'est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.....


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar 21 Jan 2020 21:21 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 16082
La version de série est très semblable...et si différente en réalité!

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer 22 Jan 2020 11:45 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 16082
A Turin...

On continue de regarder ces amusantes petites vitrines.

Alors, qui va gagner?

Image

Les fourberies d'escarpins.

Image

Dallas, ton univers impitoyable.

Image

My name is Bond...

Image

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer 22 Jan 2020 12:04 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 5 Fév 2011 19:33
Messages: 280
baby-boomer a écrit:
Lebubu a écrit:
A Turin...

"Alfa Romeo Montreal Concept."

Image

Image


:pouce: C'est vrai qu'elle fait plus équilibrée que la version de série :pouce: ;)


Le V8 était beaucoup trop haut pour entrer dans la ligne du concept ; dommage :(

_________________
205 Griffe 122cv 310.000 km
104 LM5 - 204 Berl. & fourg. - 304 berl. - 504 berl., break, cab. & fam. - 604 HLZ - 330GT


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer 22 Jan 2020 12:30 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 16082
GriffeDeLux a écrit:
baby-boomer a écrit:
Lebubu a écrit:
A Turin...

"Alfa Romeo Montreal Concept."

Image

Image


:pouce: C'est vrai qu'elle fait plus équilibrée que la version de série :pouce: ;)


Le V8 était beaucoup trop haut pour entrer dans la ligne du concept ; dommage :(

Ah, je ne le savais pas! :pouce:

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer 22 Jan 2020 12:31 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 16082
Par contre ici ça rentre! lol

A Automedon...

"Cadilac Elorado Convertible."

Image

Image

"Le monde perdu."

Fleuron de la gamme Cadillac, l'Eldorado aura été commercialisée de 1953 à 2002 sous 11 générations. On remonte le temps pour évoquer ici la troisième série qui ne restera que deux années au catalogue du constructeur Américain, en 1957 et 1958.
C'est en quelque sorte l'aboutissement de la seconde génération dont elle reprend les formes assez arrondies mais en s'étirant un peu avant le mythique et le plus connu des modèles de 1959. Cet immense paquebot sera vendu sous diverses formes, une berline, un coupé et un flamboyant cabriolet comme ici.
Côté style, on fait dans le lourd, du très lourd même. Une grosse et large calandre chromée pleine de petits embouts ronds et incorporant les inévitables butoirs en forme...de poitrine féminine! Ils sont désormais recouverts de caoutchouc (sortez couvert!) mais font toujours un effet saisissant pour tout ceux qui les contemplent et se demandent encore comment il était possible de mettre autant de pièces décoratives aussi inutiles...qu'indispensables! Signe très caractéristique de cette série, la double paire de phares qui élargit visuellement la voiture et la modernise. De profil la ligne exhibe de larges et belles échancrures au niveau des passages de roues, un pare-brise panoramique mais surtout de gigantesques ailerons à l'arrière. Sur la poupe se trouve quatre minuscules feux ronds en bouts d'ailes au dessus des extrémités du pare-choc à travers duquel sont subtilement dissimulées les sorties d'échappement. L'ensemble de la voiture est parée de chrome semblant étirés par le vent sur toute la carrosserie, ça brille comme jamais, viva Las Vegas! Et comme si ce n'était pas encore assez, le client pouvait opter pour un optionnel "Continental kit" constitué d'un emboutit rajouté à l'arrière sur lequel est incorporé la roue de secours, je crois que côté déco, on ne pouvait faire plus surchargé! Mais pour vous faire une idée, contemplez-le ici, ce modèle s'en est offert un.
Il se dégage de cette voiture une impression étrange, de la lourdeur mais aussi un côté aérien indescriptible non dénué d'élégance malgré tout. Avec des innombrables figures de style recouvertes de chrome par kilos, l'Eldorado 57/58 pourrait être à elle seule un catalogue d'accessoires de décoration automobile.
L'habitacle spacieux (un minimum vu la taille de la péniche) est hyper ouvragé, de nombreux habillages colorés peuvent recouvrir les garnitures de ce modèle mais tout un catalogue permettait au client de choisir les matières et couleurs pour se faire un modèle à la carte. Je vous laisse le soin ici d'admirer les innombrables pièces d’accastillage qui décorent chaque recoin des garnitures et les diverses matières utilisées, un monde perdu surtout quand aujourd'hui la référence est le plastique moussé noir teuton. J'en suis presque à me dire une ritournelle que je déteste tant, "ah, c'était mieux avant!". Non Bubu, tu passes du côté obscur de la nostalgie! Quand à l'équipement, il était ultra complet et représentait ce que l'on pouvait faire de mieux en la matière.
Pour 1957, le V8 6.0 litres développe 325 chevaux, là encore il a pour lourde tache de mouvoir cette carcasse d'acier de plus de deux tonnes. Mais si ça semble déraisonnable, la jolie, fine et vertueuse Tesla Model S de votre voisin est encore plus lourde! Mais ses batteries seront elles tout aussi vertueuses au moment de les recycler?
En 1958 peu de changements pour ce millésime à part quelques détails, le moteur gagne 20 chevaux et en développe désormais 355. Pour la petite histoire, sachez que sur commande spéciale le cabriolet pouvait être équipé d'un système de fermeture automatique de sa capote dès que de l'eau tombait sur la carrosserie grâce à un capteur, énorme non?!
Il n'est pas fréquent de croiser ce type de modèles en France car totalement inadapté à nos routes, quasi impossible à garer et dont il faut sans cesse remplir le réservoir lors de la moindre escapade. Ce très beau modèle rose datait de 1958, époque glorieuse et quasi apogée du style Américain, un mythe qui hélas s’effondrera par la suite à l'image de certaines civilisation oubliées.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer 22 Jan 2020 14:22 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 27 Sep 2013 22:39
Messages: 366
Localisation: 58 Nevers
Ces "bateaux" étaient devenus des caricatures, très éloignés des besoins fonctionnels, donc appelés à devenir ringards et à disparaitre une fois la mode passée.
La mode des SUV me fait penser à cette décadence.

_________________
205 GTI 105ch AM85 blanc meije, achetée en 1988, en épave en 1989, 205 GTI 105ch AM85 blanc meije, achetée en 1990, revendue en 1996, 205 DTurbo AM91, pour tous les jours, depuis 1996
205 GTI 105ch AM86 blanc meije, achetée en 2013, 196 000 km, roule depuis fin avril 2016 http://www.club205gti.fr/forum09/viewtopic.php?f=36&t=60757


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer 22 Jan 2020 16:49 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 16082
Pascal58 a écrit:
Ces "bateaux" étaient devenus des caricatures, très éloignés des besoins fonctionnels, donc appelés à devenir ringards et à disparaitre une fois la mode passée.
La mode des SUV me fait penser à cette décadence.

C'est vrai, ces engins parfaitement inutiles et gloutons étaient des voitures dont la ligne étaient si démesurées qu'elles étaient logiquement désirables car hors norme. Elles étaient aussi ostentatoires pour donner à leur propriétaires une "image" de réussite. Mais c'est vu différemment aux Etats-Unis où on ne jalouse pas les gens fortunés. C'est un peu comme les supercars qui sont une tannée au quotidien et inadaptés à la circulation hors autoroute.
Pour les SUV, je pense que dans 10 ans ils auront en partie disparus et que les voitures "plaisir" seront de retour...enfin je l'espère... :pff:

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer 22 Jan 2020 16:54 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 16082
A Turin...

Histoires cochonnes.

Image

L'habitat originel du Hummer qui hélas servait bien trop souvent à parader en ville...

Image

Money, money, money.

Image

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4426 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 285, 286, 287, 288, 289, 290, 291 ... 296  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com